(On recommande de réunir les enfants de la maternelle en petits groupes)

Mes enfants, bonjour à vous tous! Moi, je m’appelle... (*dire nom et prénom), vous connaissez cette Dame-ci? (*en indiquant la statue de la Vierge) Qui est-ce?
- «C’est Marie!» Et qui est-ce Marie?
- «La mère de Jésus!». C’est vrai. Mais Elle est aussi la Mère de qui?
- «Notre!». Seulement de vous les petits ou bien des plus grands aussi?
- «Des plus grands aussi!»
Est-ce qu’Elle est aussi la mère de ceux qui font les mauvaises choses, qui volent, qui tuent... ? «Oui»... «Non»...(*laisser que les enfants répondent)
Je vois que vous n’êtes pas tous d’accord... ; Maintenant je vais vous expliquer une chose importante: tous les hommes, petits et grands, bons et méchants, nous appartenons ,tous, à une seule grande famille dont le Papa est Dieu, la Vierge est la Maman, Jésus le frère le plus grand et nous tous, nous sommes des frères.
Comme il arrive à toutes les familles nombreuses, dans la grande famille des hommes il y a quelques enfants qui ne se tiennent bien, qui font de mauvaises choses. Le père et la mère les aiment toujours, mêmes s’ils sont méchants, mais quand vous agissez mal, est-ce que votre père et votre mère sont contents? - «Non!»
Certes que non! Car la mère et le père désirent que leurs enfants soient toujours ... «Sages » (*laissez que les enfants répondent)

Bien à présent je vous raconte une histoire très importante. Je vous la raconte comme une fable, mais c’est une véritable histoire qui a commencé au Ciel. Comment est-ce que le Ciel? (*laissez que les enfants répondent) «Il est bleu! Il est blanc!».
C’est vrai, le ciel est bleu, quand il y a des nuages il est blanc ou gris, mais derrière la couleur, bleu ou blanc, il y a un monde merveilleux qui s’appelle le ... (*laissez que les enfants répondent) «Paradis». C’est un monde très beau, quelquefois semblable à la terre: il y a des fleurs, il y a toujours un soleil merveilleux... Mais il est très beau surtout parce là tout le monde est bon et tous s’aiment; personne ne crie, personne ne fait mal à quelqu’un, personne n’est tout seul. Ils jouent toujours et sourient tout le temps...

L’histoire que je vais vous raconter est arrivée juste là haut dans le Ciel... Où est-ce que vit la Vierge? (*laissez que les enfants répondent): «Dans le Ciel»
Et qui d’autre? (*laissez que les enfants répondent) « Jésus », «Dieu Père» ; «Les Anges »..., «Les Saints»...
Et nos parents qui meurent où est-ce qu’ils vont? (*laissez que les enfants répondent) «Dans le Ciel».

Un jour la Vierge était en train de se promener dans les merveilleux jardins du Ciel et Elle rencontra Dieu... Qui est-ce Dieu? (*laissez que les enfants répondent) si personne ne le dit, suggérez...» Dieu est notre...) «Père!»... et Marie vit que le Papa du ciel était bien triste, et Elle lui dit: «Mon cher Papa, pourquoi tu es si triste? Nous tous, nous t’aimons... » Et le Papa du Ciel répondit: «C’est vrai, ici dans le ciel vous êtes tous bons et vous tous m’aimez beaucoup, mais j’ai beaucoup d’autres enfants qui vivent sur la (*laissez que les enfants répondent)... «terre!»

Entre eux, quelques-uns sont sages, surtout les enfants; mais parmi les grandes personnes il y en a beaucoup qui ne m’aiment pas, qui m’insultent, qui font de mauvaises choses, ils volent, ils font mal à leurs frères, ils se tuent entre eux avec beaucoup de violence et guerres. Comment puis-je être content avec tant d’enfants méchants, qui risquent d’aller en enfer?

La Vierge se mit à pleurer et Elle dit au Papa du Ciel: «Mon bon Père, je ne peux plus te voir souffrir. Si Tu me donnes la permission d’aller sur la terre je m’arrangerai pour que tous les hommes deviennent sages, je te le promets. Le Papa du Ciel sourit à la petite Marie et Il lui dit: «C’est bien, descends sur la terre, mais ce ne sera pas facile, parce que la plupart des hommes ne t’accueilleront pas et ne t’écouteront pas...Merci pour ce que Tu réussiras à faire».

Marie descendit sur la terre, mais personne ne la reconnut, Elle semblait une mère pareille à beaucoup d’autres. Elle alla là où se trouvaient ses enfants les plus méchants et Elle essayait de les convaincre à devenir bons.

Elle s’approcha à quelques garçons qui se battaient , disaient des grossièretés et désobéissaient à leurs parents et Elle leur dit: «Mes enfants, pourquoi faites-vous ces mauvaises choses? Pourquoi vous ne vous conduisez pas bien?» Et ils lui répondirent: «Nous ne sommes pas des enfants, nous sommes des grandes personnes et nous faisons ce qui nous plaît. Nous ne voulons pas t’écouter.

Elle arriva dans un village où on combattait une terrible guerre. Il y avait beaucoup de soldats qui se tiraient des coups de fusil les uns contre les autres, c’étaient de vrais fusils! Et ils se tuaient... Et la Sainte Vierge leur disaient: «Mes enfants, pourquoi vous vous tuez? Pourquoi ne faites-vous pas la paix et ne vous aimez-vous pas?» Mais ils répondaient: «Nous sommes des grandes personnes maintenant nous avons les armes et nous voulons nous tuer. Nous ne voulons pas t’écouter!»

Pauvre Sainte Vierge! Pauvre notre Maman du Ciel! Elle était si fatiguée et Elle s’arrêta pour se reposer un peu ; elle pleurait et disait: «Ces enfants ne veulent pas m’écouter! Je n’en peux plus! J’ai promis au Papa du Ciel de les faire devenir bons, mais toute seule je n’y arriverai pas. Je dois chercher quelqu’un qui m’aide... Et qui est-ce qui pourra le faire?

(*A ce moment les enfants commencent à dire: «Jésus » Et on leur répond: «Mais Jésus était sur le Ciel...; «Dieu» Mais Lui aussi était sur le Ciel... «Les Anges» Mais les Anges aussi se trouvaient dans le Ciel...) La Vierge avait besoin de quelqu’un qui pourrait l’aider sur la terre... Qui est-ce qui pouvait le faire? A qui pouvait-elle demander l’aide?

Après avoir longtemps marché, un jour Elle vit trois enfants, trois pastoureaux qui se trouvaient dans un champ avec leurs brebis. C’étaient trois enfants un peu plus grands que vous, ils s’appelaient Lucie, François et Jacinthe... La Sainte Vierge vit ces trois enfants et Elle pensa: Les enfants! Les grandes personnes ne veulent pas m’écouter, et ne veulent pas m’aider, mais peut-être ...les enfants m’aideront-ils.

Tout à coup les enfants virent une immense lumière et au milieu de cette lumière, une Dame très belle, plus resplendissante que le soleil. Ils eurent un peu peur..., mais la Dame les tranquillisa avec ces paroles: «Mes enfants , n’ayez pas... (*laissez que les enfants continuent) «peur!» Je ne veux pas vous faire du... (*laissez que les enfants continuent) «mal».

Les enfants prirent confiance et ils commencèrent à poser beaucoup de questions à cette belle Dame : «Qui es-tu ? Tu t’appelles comment? D’où est-ce que tu viens? » Et la Dame répondait: «Je viens du Ciel... Je suis la mère de Jésus et de tous les hommes... Je suis venue parce que je veux que tous les hommes deviennent bons, mais toute seule..». (*laissez que les enfants continuent) «Je n’y arrive pas» Je suis venue demander votre aide. Voulez-vous m’aider pour faire devenir tous les hommes bons?»
 Les trois enfants y pensèrent un peu, et puis ils dirent de tout leur cœur: «Bien sûr oui, nous allons t’aider!» 


La Maman du Ciel avec ces trois enfants fit beaucoup de choses belles, que nous vous raconterons quand vous serez à l’école primaire. Mais je dois vous dire une chose très importante tout de suite: La Vierge m’a dit ce matin: «En cette école il y a beaucoup d’enfants...allons voir si entre eux se trouve quelqu’un disposé à m’aider, comme l’ont fait les trois enfants de Fatima. Je n’en peux plus».

Et moi je suis venu ici. Maintenant je vous demande : «Y a –t-il quelqu’un d’entre vous disposé à aider la Vierge? Celui qui veut l’aider lève le doigt! (*lever la main pour donner le bon exemple)
«Moi »..., «moi »..., «Moi »...
C’est bien! Maintenant baissez les petites mains et répondez à ce que je vous demanderez: «Voulons-nous aider la Maman du Ciel à faire devenir tous les hommes sages? «Oui!»
Voulons-nous nous donner au Papa du Ciel pour Le consoler de toutes les souffrances que les mauvais fils lui donnent? «Oui»
Eh bien, maintenant je vous apprends quelques prières tout petites. La première au Papa du Ciel: «Papa je me donne à Toi» Répétons-la tous ensemble: «PAPA, JE ME DONNE A TOI»
La deuxième à la Maman du Ciel: «Maman, je me donne à Toi! » Répétons-la tous ensemble: «MAMAN, JE ME DONNE A TOI»
La dernière à notre Ange: «Mon cher frère, donne-moi la main, conduis-moi à Dieu» Répétons-la tous ensemble: «MON CHER FRERE, DONNE-MOI LA MAIN, CONDUIS-MOI A DIEU».

Maintenant je vous invite à donner un petit baiser à la Sainte Vierge Voulons-nous le lui envoyer? Oui? Alors, envoyons-lui ce baiser, non ,ça ne va pas, vous devez l’envoyer d’un souffle, sinon il n’arrive pas...Faites comme moi, je souffle...comme ça,...

ça va... mais il est arrivé un petit bâclage: ces bisous sont arrivés tous ensemble, et la Maman du Ciel n’a pas réussi à bien comprendre les enfants qui les lui ont envoyés. Voulons-nous lui donner un baiser, un à un, de façon qu’Elle se souvienne bien de qui le lui a donné ? «Celui-ci me l’a donné Jean..., celui-ci me l’a donné Marie, et l’autre Antoine» Voulons-nous essayer? Oui!


Bien, alors, mettons-nous en rang et, un par un, donnez votre baiser à la Sainte Vierge, en lui disant la petite prière que nous avons apprise: «Maman je me donne à Toi!»

(*Il faut faire bien attention parce que les enfants se confondent souvent en disant cette petite prière qu’on doit faire répéter jusqu’à ce qu’ils ne l’aient bien prononcée, En outre, il arrive souvent que pas tous les enfants soient disposés à donner le baiser et à prononcer la petite prière de consécration: Y a-t-il toujours quelqu’un qui se refuse: c’est la confirmation de la validité de la consécration).


Terminer par un chant et par une salutation à Marie