Dans plusieurs écoles catholiques on commence la journée par la prière du rosaire. L’habitude de faire dire le rosaire aux enfants c’est une chose qui leur apprend à être disciples de Marie la maîtresse du Maître ;il ne faut pas craindre d’enlever du temps aux leçons : ces quinze minutes aident les enfants à faire ordre dans leurs têtes et dans leurs cœurs, en aiguisant leurs capacités intellectuelles.

S’il y a  la possibilité d’avoir une chapelle à l’intérieur de l’école avec Jésus Saint Sacrement, on pourra y emmener les enfants une fois par semaine, à tour de rôle, en suivant les indications données pour le Nid de prière à l’église.

Dans les écoles publiques de presque tous les pays aujourd’hui sont en vigueur des lois qui limitent  les activités religieuses, mais avec un peu de fantaisie et avec le conseil des Anges, on peut trouver la façon pour y réalise un Nid de prière.

Exemples concrets

Même si nous voyons depuis longtemps les merveilles de grâce que l’Esprit accomplit avec les enfants, nous étonnent de plus en plus les nouvelles qui nous parviennent à ce regard.

C’est la «stupeur» dont est question dans les Evangiles et qui étonne avant tout les personnes  qui vivent cette expérience et qui brille dans les descriptions qu’ils en font. Nous en citons quelques-unes.

Une institutrice de Benevento (Italia), rencontrée dans son école pendant une mission dans la ville, nous raconté, quelque temps après, que après la rencontre elle avait continué à réciter chaque jour le rosaire dans la salle de classe avec ses élèves, en fixant chaque fois les intentions : elle était vraiment étonnée devant les miracles obtenus par la prière des enfants, même des guérisons de cancer  de quelques  leurs parents.

«A Torre de’ Passeri (PE) les élèves se réunissent périodiquement pour la récite du rosaire. Au début on ne savait même pas ce que c’était que le rosaire, mais maintenant ils l’apprennent même à ses parents: Gino, un garçon tsigane de 14 ans, réunit chez lui sa mère avec les autres gitanes et leur fait réciter le rosaire». (Licia T. Insitutrice-MafaldaCB).

«Dans le groupe s’est introduit  aussi un enfant de 3 ans, Sebastiano, qui nous attendrit beaucoup. Au début il était silencieux et il écoutait, puis il m’a demandé le chapelet car il avait appris toutes les prières et lui aussi il voulait réciter le rosaire à haute voix. Il ne manque jamais au rendez-vous quotidien dans l’église... A l’école maternelle où je travaille tous les enfants récitent chaque jour le rosaire. Ils ont 4 ou 5 ans, Il n’est pas vrai qu’ils s’ennuient: on avait commencé par une seule dizaine mais maintenant ils veulent les dire toutes les cinquante» (Mariella Balassone, institutrice -Sulmona,AQ).

«L’été passé j’ai eu le plaisir de connaître à Baucina Sœur Teodora  laquelle m’a  poussé à former  les nids de prière. Même si je sentais la grande responsabilité d’une telle entreprise, j’ai accepté en impliquant toutes les collègues de l’école primaire qui opèrent dans mon  cercle. Notre Armée Blanche est formée des enfants de l’école maternelle et primaire, en tout une centaine d’enfants. Le 27 novembre nous avons donné origine à notre « nid » aux pieds de Jésus Eucharistique et vendredi 30 novembre, le même jour qui commençait la neuvaine à l’Immaculée a eu lieu la première rencontre de prière. On se rencontre à l’église tous les vendredi, l’après-midi ;mais comme nous voulons impliquer toujours un plus grand nombre d’enfants, nous préférons faire la prière à l’école. Notre but n’est pas seulement de consacrer tous les enfants au Cœur Immaculé de Marie, mais de les habituer à prier et à savoir prier» (StefaniaC., Baucina- PA)

«Monsieur le curé Père Andrea, les enfants de l’école maternelle se sont appliqués, mais sérieusement à prier pour les besoins du Saint Père qui souffre beaucoup et pour le triomphe du Cœur Immaculé de Marie. Chaque jour, cinq groupe récitent le rosaire ; les institutrices leur expliquent l’intention de la dizaine avec le mystère. Puis tous unis ils ont appris la prière  spontanée, ils disent ce qui sort de leur cœur... Une mère de famille nous dit : dès que l’image de la Vierge est entrée dans ma cabane on a commencé à réciter le rosaire, mon mari qui auparavant rentrait ivre le soir maintenant  reste avec la famille et il prie avec nous, il ne boit plus. Nous avons retrouvé la tranquillité et la paix. Les personnes du village qui connaissent ma situation restent étonnées de notre changement et elles veulent savoir. La Vierge Marie à travers mes cinq enfants a sauvé ma famille et à présent nous sommes heureux. Tous les gens du village veulent voir l’image de la Vierge et réciter le chapelet. Mon mari et moi nous avons organisé la récite du rosaire de cabane en cabane en faisant prier les enfants de l’Armée Blanche consacrés au Cœur Immaculé de Marie et au Père: qu’il est beau de le voir tous ensemble le soir prier autour du feu pour notre village , pour les difficultés de chaque famille et pour la paix du monde, Les personnes âgées, qui prient d’une façon profonde, ont rajeuni et leurs yeux sont très lumineux» (Sœur Angela, Mission de Karatina Kenia)